BLEU PÉNOMBRE

 

bleupenombre_still06

avec / with MOTEL HÉLÈNE
(duo with improviser / composer Philippe Lauzier)

Multimedia installation . 2016 . Created during a residency at Parc national du Bic
Video from the installation . 2017 . 42 minutes . Screened at La Pelouse, Montreal, December 2017

Créée lors d’une résidence dans un environnement naturel domestiqué, BLEU PÉNOMBRE est initialement une installation multimédia éphémère constituée de morceaux de paysage audio et visuels collectés dans le Parc du Bic. Des objets trouvés, des matières indigènes et des séquences vidéo sont accumulés puis intégrés, au gré d’un processus d’assemblage spontané, à un diorama de papier sculpté, de projections et d’écrans artisanaux. L’environnement recomposé est accompagné d’une bande sonore élaborée à partir échantillons enregistrés dans le Parc. Dans un deuxième temps, cette mise en scène évolutive est filmée en gros plan et à nouveau reconstruite sous la forme d’une vidéo contemplative assortie à une composition musicale multipiste. Dans ces interprétations, on observe un paysage fabriqué, séducteur, où séjournent des diversions plastiques, des additions instrumentales, des décalages virtuels, des humains errants. Une tension s’installe entre l’attrait du sauvage et son évidente absence de ce lieu inventé qui d’emblée, en s’affirmant en tant que « paysage », implique la présence d’un regard indiscret.

~

Created during a residency in a domesticated natural environment, initially BLEU PÉNOMBRE is an ephemeral multimedia installation made from audiovisual fragments of landscape collected in Parc du Bic. Found objects, indigenous matters and video sequences are accumulated and then integrated, through a spontanous assemblage process, to a sculpted paper, projections and artisanal screens diorama. The recomposed environment is accompanied by a soundtrack elaborated from samples recorded in the Parc. Secondly, this evolutive scenery is filmed in close-up and once again reconstructed in the form of a contemplative video matched with a multitrack musical composition. In these interpretations, a fabricated, seductive landscape can be observed, where plastic diversions, instrumental additions, virtual gaps and wandering humans coexist. A tension settles between the attraction of the wild and its clear absence from this invented place which, at once, affirming itself as « landscape », implicates the presence of an indiscreet gaze.

Advertisements